Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Course - Melbourne : Carton plein pour Brawn GP

Publié le par Laura Allemand // Otagun


Melbourne a tenu toutes ses promesses de spectacle, d’émotion et de coup de théâtre. Brawn GP entre dans l’histoire dès son premier grand prix en signant le week-end parfait. C’est la résurrection de Jenson Button et Rubens Barrichello, qui l’aurait cru en 2008 ? La révolution est en marche pour le plus grand plaisir des amoureux de sport automobile.


Tout vient à point à qui sait attendre ! Jenson Button a dominé la course dans son intégralité. Cette victoire est une juste récompense pour Brawn GP. Elle est en parfait accord avec le talent du britannique que le paddock avait un peu oublié depuis l’arrivée de la tornade de Tewin, Lewis Hamilton. Rubens Barrichello offre le doublé à son équipe. Son dimanche a été mouvementé et cela dès le départ. Le brésilien a loupé son envol et a semé la panique en milieu de peloton. Cinq innocents ont été pris au piège : Fernando Alonso, Mark Webber, Nick Heidfeld, Adrian Sutil et Heikki Kovalainen. L’audace et l’impatience de certains ont permis à d’autres de se hisser dans le haut du classement. Le hasard tend souvent la main aux surprises sur le circuit d’Albert Park. Parti depuis la voie des stands, Jarno Trulli accède finalement au podium. Rappelons que la FIA a disqualifié les Toyota samedi soir à cause de la règle sur les ailerons flexibles. Lewis Hamilton apparaît au quatrième rang. Il était dix-huitième sur la grille. Le champion du monde en titre a su gérer ces cinquante-huit tours du grand prix d’Australie et voilà qui fera plaisir à son papa d’adoption, Ron Dennis présent à Melbourne. Timo Glock est cinquième devant Fernando Alonso. Nico Rosberg a été victime d’un premier arrêt ravitaillement catastrophique puis de la dégradation progressive de ses pneus slick en fin de course. L’allemand n’obtient que la septième position. C’est dommage mais le potentiel est là chez Williams. La FW31 est bien née : ce qui laisse présager, nous espérons, une bonne saison pour le team de Grove. Sébastien Buemi est huitième. Le suisse a réussi son entrée, bravo à lui !


Invisibles mais présents à l'arrivée, ne les oublions pas ! Sébastien Bourdais échoue aux portes des points, il est neuvième. Nick Heidfeld, onzième, est intercalé entre les deux Force India. Mark Webber ferme la marche. L’erreur de Rubens Barrichello au départ a anéanti les espoirs de course de « Quick Nick » et du pilote Red Bull. La revanche est prévue pour Sepang.


Le temps des regrets… Heikki Kovalainen n’aura bouclé qu’un seul tour lorsqu’il voit son après-midi se conclure au fond de son box. C’est un incident de course dont il n’est pas responsable mais il en paiera toutefois le prix fort. Au dix-huitième passage du leader, Kazuki Nakajima sort et tape dans le mur. Il renonce. Il faudra attendre près de deux minutes avant que la voiture de sécurité se décide à entrer en piste. Six tours plus tard, elle se retire laissant les fauves en découdre. Nelsinho Piquet, en lutte avec Nico Rosberg pour le gain de la sixième place, est contraint de braquer pour éviter l’accrochage (24ème tour). Ses freins et les pneus n’étant plus à bonne température, il n’a pu éviter la glissade jusqu’au bac à graviers (virage N1). Personne ne pourra lui reprocher cet abandon. Son pilotage a été sensationnel et son attitude exemplaire. N’en déplaisent à ses détracteurs, son style est soigné et appliqué. Renault a eu raison de lui faire confiance. Chargé en essence, rien ne le perturbe pas même ce diable de Lewis Hamilton. Quatorzième sur la grille, le brésilien remonte en neuvième position dès le premier virage après l’extinction des feux. Il y avait une bonne carte à jouer mais la malchance a frappé. Néanmoins, l’écurie française et le public ont découvert la plus importante. Nelsinho a mûri et son excellente prestation mérite d’être saluée. Nous le soutenons dans son évolution intérieure qui se voit sur la piste et nous lui souhaitons le meilleur pour la suite. L’ogre est de retour et nous en sommes ravis. Les Ferrari quitteront Melbourne dans la transparence. Felipe Massa a été trahi par le manque de fiabilité de sa F2009 au quarante-sixième tour et Kimi Räikkönen a été tutoyé le mur. Le coup de théâtre survient à trois tours de la fin. Robert Kubiça tente un dépassement sur Sebastian Vettel alors second. La Red Bull survire beaucoup… Le polonais insiste, l’allemand résiste et c’est le contact. Le podium s’envole pour les deux hommes. La déception, la rage, la tristesse et les regrets seront leurs seuls trophées avant de rejoindre Sepang pour faire oublier cette maladresse.


Au championnat… Côté pilotes, le classement est celui enregistré à l’agitation du drapeau à damier. Chez les constructeurs, Brawn GP est en tête (18 pts) devant Toyota (10 pts), McLaren (5 pts), Renault (3 pts), Williams (2pts) et Toro Rosso (1 pt).

 


La saison est ouverte et le coup d’envoi a été incroyablement beau et excitant. Vivement le grand prix de Malaisie dans une semaine ! 

 

......................................................................................................

 

Un article rédigé par Laura Allemand


Publié dans Grands-Prix

Commenter cet article