Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour à Fuji !...

Publié le par Laura Allemand // Otagun

Petite présentation du grand prix du Japon…

« Métro-Boulot-Dodo » : le sérieux a repris ses droits avec l’arrivée du mois de septembre et la fin de l’été. Les vacances semblent si loin déjà… Nos chères têtes blondes devront patienter encore trois semaines avant de songer au repos. Stop ! Ce second week-end d’octobre rimera avec découverte. Préparez vos valises et prenez un aller-retour pour le Japon : direction Fuji. Plongez dans la culture et la gastronomie nippone du 10 au 12 octobre. Il n’est pas certain que le Fuji Speedway comble les passionnés de F1. Mais le Mont-Fuji, ses cinq lacs environnants (Motosu, Shoji, Sai, Kawaguchi et Yamanaka = Fuji goko) et les Alpes japonaises sauront convaincre les amoureux de la nature et les aventuriers.

Le « F1-circus » ne s’est rendu qu’à trois reprises à Fuji (1976-1977-2007). L’édition 2007 fut une semi-catastrophe. Le brouillard a fortement perturbé le samedi. La visibilité était nulle à plus d’un mètre. La course a néanmoins été très intéressante en raison des mauvaises conditions climatiques. Organiser un grand prix au pied d’un volcan dit encore en activité (dernière éruption en 1707) et en période de forte mousson est particulier. Mais ce cadre et la météo lui apporte un réel attrait : le spectacle. Aujourd’hui, seul ce qui ne peut être maîtriser par un ordinateur crée de l’animation… Fuji est donc idéal pour lutter contre l’ennui. Il n’égalera jamais Suzuka en terme de technicité. Néanmoins, il reste un excellent exercice pour quantifier le degré de courage et de virtuosité de nos pilotes. Tous méritent le titre de héros, mention spéciale pour Lewis Hamilton (victorieux en 2007).

Pourquoi cette alternance Suzuka / Fuji ? Après avoir éliminé l’hypothèse du tourisme, l’économie reste la raison la plus plausible. Le premier est l’antre de Honda et le second est le temple de Toyota. Au championnat constructeurs, Cologne a pris l’ascendant sur le team de Brackley depuis 2005. Au-delà du prestige lié à la F1, l’enjeu principal reste de décrocher le leadership sur le marché automobile au Japon. L’entrée de Fuji dans le calendrier n’est pas la plus dérangeante. Le business peut conduire à des comportements bien plus préjudiciables. Pendant sept ans, la F1 s’est ridiculisée à essayer de conquérir Indianapolis… Peut-il y avoir pire ?

Si pour vous, le grand prix du Japon se conjugue avec le canapé de votre salon, oubliez la grasse matinée. Il y a 7 heures de décalage horaire.

4,563 km, 67 tours, 6 virages à gauche, 10 virages à droite, 310 km/h en vitesse maximale : qui aura le dernier mot dimanche ?

fuji

Votre week-end :

Vendredi :

Essais libres 1 : 3h – 4h30 (heure française)

Essais libres 2 : 7h – 8h30

Samedi :

Essais libres 3 : 4h – 5h

Essais qualificatifs : 7h

Dimanche :

Course : 6h30

 

................................................................................................................................................................................

Un article rédigé par Laura Allemand

Publié dans Grands-Prix

Commenter cet article