Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Valencia - course : Un dimanche classé rouge !...

Publié le par Laura Allemand // Otagun


Le podium accueillera un représentant des trois grandes forces du plateau 2008. Felipe Massa s’impose devant Lewis Hamilton et Robert Kubiça. Ce grand prix d’Europe fut remarquablement bien organisé à défaut d’être intéressant.


Felipe Massa s’illustre après avoir mené la course de bout en bout. C’est sa quatrième victoire de la saison après Sakhir, Istanbul et Magny-Cours. Lewis Hamilton (2ème) est relégué à 5’’611 secondes du leader. Robert Kubiça conserve sa troisième position des essais qualificatifs. Le polonais accuse un retard de 37’’353 secondes sur le brésilien. Heikki Kovalainen est quatrième. Jarno Trulli est un brillant cinquième. Sebastian Vettel s’offre la sixième place. C’est une belle récompense pour le pilote allemand et son équipe, Toro Rosso. L’exploit du jour est signé Timo Glock sur la seconde Toyota. Il est parti treizième sur la grille de départ. Grâce à une stratégie à un seul arrêt, il s’empare de la septième position. Depuis le grand prix de Turquie, le top 8 semblait fuir Nico Rosberg. Cet après-midi, il renoue enfin avec les points. Il se classe huitième. Nick Heidfeld est un invisible neuvième. Sébastien Bourdais se maintient au dixième rang. Le français devance Nelsinho Piquet et Mark Webber. Jenson Button est treizième. Giancarlo Fisichella se hisse à la quatorzième place. Kazuki Nakajima, Rubens Barrichello et David Coulthard ferment la marche. Trois abandons sont à noter : Kimi Räikkönen, Adrian Sutil et Fernando Alonso.


Spectacle rime avec Ferrari… et Kazuki Nakajima…

14 heures, le départ est lancé. Kazuki Nakajima, en excès d’optimisme, arrive trop vite dans le premier virage. Le pilote Williams harponne la monoplace du héros local, Fernando Alonso. L’action s’achève sur deux ailerons cassés et un abandon pour l’espagnol.
Cette course manquait cruellement d’intérêt jusqu’au trente-sixième tour. Felipe Massa inscrit son deuxième arrêt ravitaillement. Son team lui donne, à tort, l’autorisation de repartir. Le brésilien frôle l’accrochage avec une Force India. Cet incident est sous investigation de la FIA. Si sanction il y a, il est probable que le vainqueur du grand prix soit disqualifié. Une autre hypothèse est envisageable : une rétrogradation de dix places sur la grille de départ à Spa-Francorchamps. A suivre !…
Sept tours plus tard, Kimi Räikkönen se fait une frayeur en quittant trop tôt son stand. La pompe à essence n’avait pas encore été retirée. Un de ses mécaniciens a été touché par la secousse. Le champion du monde en titre doit renoncer, trahi par son V8 Ferrari (45ème tour).


Ferrari en sursis…

Au championnat du monde des pilotes, le leadership reste en possession de Lewis Hamilton (70 points). Felipe Massa reprend la seconde position à son coéquipier (64 points contre 57 points). Cela étant, l’enquête de la FIA pourrait changer la donne. Robert Kubiça est quatrième avec cinquante-cinq points. Du côté des constructeurs, Ferrari mène (121 points). McLaren la talonne avec cent treize points. Si le brésilien est déclassé, le team de Woking s’emparera de la tête. La décision de la FIA sera décisive pour les deux équipes…

 

Les teams seront à Monza pour trois journées d’essais privés du 27 au 29 août. Le week-end prochain, Lewis Hamilton se rendra à Brands Hatch pour assister à la huitième manche de la saison de DTM. Après ce grand prix d’Europe plutôt mitigé, nous avons hâte de retrouver Spa-Francorchamps le 7 septembre.


 

..............................................................................................................................................

Un article rédigé par Laura Allemand

Publié dans Grands-Prix

Commenter cet article

stella:0040: 24/08/2008 21:13

Pas mal votre article. J'ai bien aimé.
Moi aussi j'ai mis un article sur Valence mais je ne suis pas spécialisée blog F1.
Par contre, à maintenant 60 ans, depuis des années je suis passionnée de F1 et de karting et je loupe rarement un grand-prix. Quand c'est le cas, j'ai vraiment une bonne raison.
à bientôt