Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Course - Hockenheim : Fabuleux !...

Publié le par Laura Allemand // Otagun


Auteur d’un superbe grand prix, la victoire revient logiquement au pôleman, Lewis Hamilton. Nelsinho Piquet offre le premier podium de la saison à Renault. Le brésilien est un exceptionnel second devant Felipe Massa. Hockenheim a répondu à toutes ses promesses ! Ce dimanche fut de toute beauté !…

Les feux rouges s’éteignent, le départ est donné. Lewis Hamilton conserve l’avantage devant Felipe Massa et Heikki Kovalainen. Robert Kubiça, septième, déborde la Ferrari de Kimi Räikkönen. Au second virage, Fernando Alonso tente de dépasser la Toyota de Jarno Trulli. L’action le dessert et profite au pilote BMW. Le polonais est maintenant quatrième. Il est suivi de Jarno Trulli, le double champion du monde espagnol, « Iceman » et Sebastian Vettel. Mark Webber est aux portes du top 8, il est neuvième. Dans le camp allemand, Timo Glock occupe la dixième position. Nick Heidfeld est onzième. Nico Rosberg est quinzième et Adrian Sutil est bon dernier. Notre Seb national est solidement installé à la douzième place. Nelsinho Piquet est dix-huitième.

Au troisième passage du leader, Kimi Räikkönen prend l’ascendant sur Fernando Alonso. Le finlandais est sixième. Dix tours plus tard, David Coulthard réussit enfin à dépasser la Honda de son ami, Jenson Button. L’écossais accède ainsi à la treizième place. Nico Rosberg met la pression sur le britannique.

Kazuki Nakajima part en tête-à-queue au dix-septième tour. Son erreur profite à Nelsinho Piquet qui s’empare de sa position (17ème). Le pilote Williams va vivre un dimanche des plus difficiles.

Contrairement aux prévisions formulées par Flavio Briatore, Jarno Trulli n’est pas le premier à ravitailler dans le top 8. Au dix-huitième tour, Lewis Hamilton ouvre la voie. Il repart en cinquième position juste derrière l’italien de Pescara. Le prodige de Woking est imité ensuite par Robert Kubiça, Jarno Trulli et Fernando Alonso. Puis Felipe Massa rentre au stand (20ème tour). Heikki Kovalainen et Sebastian Vettel s’arrêtent dans le même tour (21ème). « Iceman » est le dernier du groupe de tête à marquer son pit-stop (22ème tour).

Au vingt-sixième tour, le classement des dix premiers était le suivant : Lewis Hamilton, Felipe Massa, Timo Glock, Heikki Kovalainen, Nick Heidfeld, Robert Kubiça, Kimi Räikkönen, Jarno Trulli, Sebastian Vettel et Fernando Alonso. Mais l’enfant de Mönchengladbach ne tarde pas à s’arrêter. Nick Heidfeld repart treizième et derrière son compatriote, Nico Rosberg. Timo Glock rentre au stand au vingt-huitième tour. Le pilote Toyota ressort devant Sebastian Vettel et Fernando Alonso. Mais « Bubi-Schumi » livre une véritable démonstration de pilotage. C’est avec une audace et une autorité digne d’un grand champion qu’il dépose la TF108 de Timo Glock à la huitième place. Le chouchou du public est septième et peut oublier la menace « El Nano ».

Après cette première salve de ravitaillement, Lewis Hamilton est toujours le leader du grand prix. Il devance Felipe Massa, Heikki Kovalainen, Robert Kubiça, Kimi Räikkönen, Jarno Trulli, Sebastian Vettel et Timo Glock.

A la mi-course, Nelsinho Piquet occupe le douzième rang. Le brésilien ne s’est pas encore arrêter au stand. Sa stratégie va s’avérer la meilleure dans les tours à venir…

Au trente-cinquième tour, Timo Glock est victime d’une terrible sortie de piste. L’allemand a cassé sa suspension arrière droite après une mauvaise rencontre avec un vibreur. Il tape le muret des stands. La voiture de sécurité entre en piste. L’équipe médicale rejoint le pilote pour le sortir de l’épave. Le choc fut violent et il a été conduit à l’hôpital pour faire quelques examens. Il souffre un peu du dos mais apparemment rien de grave…

La plupart des pilotes en profitent pour ravitailler (38ème tour), c’est la panique dans les stands. Mark Webber renonce des suites d’un problème de fiabilité (40ème tour). Le top 8 est actuellement composé de Lewis Hamilton, Nick Heidfeld, Nelsinho Piquet, Felipe Massa, Robert Kubiça, Heikki Kovalainen, Jarno Trulli et Sebastian Vettel. Fernando Alonso est neuvième.

Heikki Kovalainen accède au quatrième rang après un superbe passement d’arme avec Robert Kubiça (43ème tour). En trois tours, Kimi Räikkönen retrouve la septième position.

Au quarante-neuvième passage du leader, Rubens Barrichello porte son attaque sur la Red Bull de David Coulthard. Les deux hommes s’accrochent. C’est l’abandon pour « Rubinho » et un changement d’aileron avant pour le doyen du plateau.

Au cinquantième tour, Lewis Hamilton marque son dernier arrêt ravitaillement. A ce moment, tout laisse penser qu’il a course perdue. Il repart cinquième mais sa remontée est remarquable… Sa victoire en sera que plus belle !…

Au cinquante-troisième tour, Nick Heidfeld rentre au stand. Nelsinho Piquet prend la tête du classement devant Felipe Massa. Il la conservera durant près de six tours avant de la concéder au redoutable Lewis Hamilton. Le pilote Renault a signé un grand prix magnifique dévoilant enfin l’ensemble de ses qualités. Cet après-midi, un grand champion vient de s’affirmer !…

Lewis Hamilton reçoit le drapeau à damier en vainqueur incontestable. Nelsinho Piquet s’invite sur le podium. Felipe Massa sauve l’honneur des Rouges avec sa troisième position. Nick Heidfeld est un brillant quatrième. Heikki Kovalainen est cinquième devant « Iceman ». Robert Kubiça est un décevant septième. Le phénomène, Sebastian Vettel, ravit le public avec le point de la huitième place. Jarno Trulli se classe neuvième. Nico Rosberg est dixième. Fernando Alonso rentrera en Suisse à demi-satisfait. Il est onzième. Sébastien Bourdais retrouve le sourire avec le douzième rang. David Coulthard, Giancarlo Fisichella, Kazuki Nakajima, Adrian Sutil et Jenson Button ferment la marche.

Au championnat du monde des pilotes, Lewis Hamilton se démarque du duo Ferrari. Le britannique a cinquante-huit points. Felipe Massa est second (54 points) et Kimi Räikkönen est relégué à la troisième position avec cinquante et un points. Notons que Nelsinho Piquet, onzième, n’est plus qu’à trois longueurs de son coéquipier. Du côté des constructeurs, Ferrari conserve le leadership (108 points) devant BMW (89 points) et McLaren (86 points).

Nous retiendrons de ce rendez-vous allemand la virtuosité de Lewis Hamilton, la révélation de Nelsinho Piquet et l’incroyable talent de Sebastian Vettel. Ils ont honoré le soixante-quinzième anniversaire d’Hockenheim avec leur spectaculaire coup de volant. Merci à eux et bravo !…

Du 23 au 25 juillet, les équipes seront à Jerez pour préparer le grand prix d’Hongrie. Ensuite, elles s’envoleront pour l’Europe de l’Est afin de rejoindre Budapest et le circuit du Hungaroring. Qui aura le dernier mot en terre magyare ? Réponse dans quinze jours…


 

................................................................................................................................................

Un article rédigé par Laura Allemand

 

Publié dans Grands-Prix

Commenter cet article

Rygaar 22/07/2008 21:04

Même je suis pas son 1er fan, il faut reconnaitre qu'avec les grand prix qu'il a maitrisé de main de maitre à Monaco, à Silverston et à Hockenheim, Hamilton a montré qu'il était un grand pilote, et qu'il allait probablement l'être pour de nombreuses années. Les prochaines années seront-elles les années Hamilton, indétrônable, tout comme nous avons eu les années Schumacher ?

Sinon un autre qui me parait aussi promis à jouer un rôle important ces prochaines années, il s'agit de Vettel. C'est impressionant ce qu'il arrive à tirer de sa modeste Toro Rosso (au grand dam de Bourdais malheureusement).

Et un peu déçu pour Kovalainen, qui semble de plus en plus marquer le pas face à Hamilton, dommage.

Les Ferrari décevantes elles aussi.

Piquet, plutôt chanceux, même s'il a réussi tout de même à ne pas craquer sous la pression de Massa sur la fin. A confirmer.